Dunes et plages - Gestes à poser

1. Le profil en bref

Les milieux dunaires couvrent le tiers du territoire émergé et appartiennent presque entièrement au domaine public. Elles sont le seul lien terrestre entre les principales îles de l’archipel : elles supportent les lignes d’électricité, de télécommunications et assurent le lien routier. Elles créent les lagunes, les baies et les bassins, et les maintiennent. Elles abritent une faune et une flore d’une grande diversité, unique au Québec, et ce sont les relations entre cette faune et cette flore qui permettent leur fixation graduelle et leur stabilité. Enfin, elles sont au cœur de l’offre touristique.

L’ammophile à ligule courte (le foin de dune) est très vulnérable au piétinement répété : la mort des plants libère le sable et rend la dune vulnérable au vent et aux vagues. Or, dans le contexte des changements climatiques, les chercheurs annoncent une augmentation de l’intensité des tempêtes, ainsi qu’une élévation du niveau de la mer et une réduction de la période annuelle d’englacement des eaux côtières. Déjà, le recul des dunes est évident, en particulier sur les cordons qui relient les îles entre elles. Le maintien de la santé des dunes et leur renforcement parait aujourd’hui essentiel : elles sont notre premier rempart devant la mer.

Les acteurs du milieu reconnaissent amplement les biens et services fournis par les dunes. Or, les moyens humains et financiers, ainsi que les politiques publiques actuelles, ne permettent pas la prise en main complète des défis liés à leur protection et leur renforcement.

Pour en savoir plus :
> lisez le profil complet de la situation des Dunes et plages.
> lisez le bilan des actions posées jusqu’à maintenant en la matière.

2. Risque

La perte et la dégradation des milieux dunaires.

  • Les acteurs jugent ce risque très probable : il a entre 80 et 100% de chances de survenir, et la tendance de cette probabilité est à la hausse.
  • Étendue spatiale : ce risque est plus manifeste sur les dunes du Nord, de l’Ouest, de l’Est, de la Martinique, du Sandy Hook et du bassin aux Huîtres.
  • Étendue temporelle : l’érosion naturelle est plus forte en hiver; les pressions liées aux usages sont plus importantes en été.
  • Les impacts liés à ce risque ont été identifiés et les acteurs ont jugé ensemble de leur gravité.

Pour plus d'information :
> voir la grille d'évaluation de la gravité des impacts pour ce thème.

3. Enjeu

Protéger et renforcer les dunes qui contribuent à préserver la biodiversité et garantissent une vie sociale et économique de qualité.

4. Gestes à poser

4.1. Option 1. Renforcer les capacités d’action à l'échelle du territoire.

  1. Réunir un comité de travail sur les milieux dunaires, faisant intervenir l’Agglomération, le MRNF, le MDDEP, le MTQ, le CERMIM, Attention FragÎles, le Comité ZIP, la Société de conservation et Tourisme Îles de la Madeleine afin de :
    1. Établir les priorités d’intervention sur le territoire;
    2. Clarifier le mandat des acteurs locaux et régionaux et les aspects de gouvernance liés à la protection et au renforcement des milieux dunaires situés en terres publiques;
    3. Coordonner les efforts menés sur le territoire pour en assurer la cohérence;
    4. Élaborer un Plan de lutte et d’adaptation aux changements climatiques.
    5. Assurer le financement des interventions de gestion jugées prioritaires :
      • Créer un fonds pour le renforcement des milieux dunaires et leur protection.
      • Analyser les avantages et les coûts associés aux différents outils de délégation du MRNF pour la gestion du territoire public. 
  2. Améliorer les connaissances fondamentales sur la dynamique des milieux dunaires, afin de comprendre notamment les facteurs qui en augmentent la résilience et permettent leur fixation.
  3. Mettre à jour le plan d’urgence en cas de déversement d’hydrocarbures en mer.
  4. Poursuivre les travaux visant à convaincre les gouvernements du Québec et du Canada d’adopter un moratoire sur l’exploration et l’exploitation gazière et pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent.

4.2. Option 2. Renforcer les milieux dunaires vulnérables en restaurant les dunes endommagées.

  1. Dans les milieux dunaires jugés prioritaires, restaurer les dunes endommagées.

    1. Développer de nouvelles techniques de végétalisation et de stabilisation des dunes en s’inspirant des meilleures pratiques développés au Québec et ailleurs dans le monde. Documenter les résultats de ces travaux.

    2. Entretenir les travaux de restauration qui ont déjà été réalisés sur une centaine de brèches dunaires et évaluer annuellement la nécessité de restaurer d’autres brèches dans les secteurs prioritaires.

    3. Accompagner les citoyens qui désirent prendre soin et renforcer les milieux dunaires qu’ils possèdent.

    4. Réunir les comités d’usagers des plans d’eau intérieurs afin de poursuivre le travail de rationalisation des accès aux plans d’eau intérieurs en arrimant les nécessités de protection aux besoins des utilisateurs du milieu. Limiter les accès jugés superflus en fonction des critères établis avec les usagers.

    5. Réaliser les solutions proposées par les firmes de génie-conseil pour renforcer les milieux dunaires d’importance pour les infrastructures collectives. Assurer la compatibilité de ces solutions avec la préservation des écosystèmes dunaires.

4.3. Option 3. Réduire les pressions exercées par l’humain sur les milieux dunaires vulnérables.

  1. Adapter la réglementation municipale relative aux usages et activités en milieux dunaires en fonction du niveau de vulnérabilité des milieux, en ce qui concerne notamment la construction domiciliaire, la villégiature, la circulation des VHR et les infrastructures routières.

  2. Mettre en œuvre la réglementation municipale et provinciale relative aux usages et activités en milieux dunaires :

    1. Renforcer les capacités de mise en œuvre de la réglementation municipale et provinciale sur les terres publiques (ressources financières et humaines). Former au besoin les cadres et les agents chargés de mettre en œuvre cette réglementation.

    2. Mieux informer les citoyens et les visiteurs à propos de cette réglementation. Améliorer notamment la signalisation et l’affichage sur le terrain.

    3. Poursuivre les efforts de sensibilisation et d’éducation visant à créer un consensus social à propos de la nécessité de cette réglementation.

  3. Évaluer la nécessité d’aménager de nouveaux stationnements et accès piétonniers aux plages, en particulier là où les accès non balisés se sont multipliés.

  4. Clarifier la responsabilité des acteurs quant à l’entretien des ouvrages réalisés et en assurer le financement.

  5. Encourager la conservation volontaire des milieux naturels par les propriétaires privés et poursuivre les activités d'intendance de l'habitat : (1) Signature d'ententes de conservation avec les propriétaires privés; (2) Acquisition de certains milieux pour diminuer les pressions provenant du développement résidentiel ou autres.
  6. Poursuivre et bonifier les efforts d’éducation et de sensibilisation des Madelinots et visiteurs quant à l’importance des biens et services rendus par les écosystèmes dunaires.

    1. Améliorer l’affichage et la signalisation sur le terrain afin d’informer les usagers des gestes à poser pour préserver les dunes.

    2. Encourager et accompagner les citoyens afin qu'ils puissent limiter ou entretenir les accès à la plage sur leur terrain.

    3. Poursuivre les efforts de formation des entreprises récréotouristiques oeuvrant sur le territoire.

    4. Recruter et former des équipes de bénévoles pour réaliser le suivi des brèches restaurées ou de l’état du milieu.

    5. Sensibiliser les utilisateurs aux bonnes méthodes de cueillette de petits fruits et de chasse.

    6. Poursuivre les efforts visant à développer des activités éducatives destinées au milieu scolaire. Développer en particulier le programme éducatif destiné aux jeunes du secondaire et du CÉGEP.

  7. Poursuivre les efforts de recherche, de suivi et de protection visant à conserver la biodiversité et les espèces en péril et en assurer le financement. Renforcer notamment les capacités des agents (MRNF et Environnement Canada) chargés de limiter l’incidence humaine sur la faune (voir ci-dessus, point b.).

  8. Limiter les pressions dues au prélèvement du sable dans les milieux dunaires jugés vulnérables (voir les interventions proposées dans le thème Carrières et sablières)

  9. Poursuivre les efforts visant à limiter la pollution des plages et des dunes :

    1. Installer des poubelles adéquates aux abords des accès menant aux plages et les vider à intervalle régulier;

    2. Agir pour limiter la quantité de déchets échappés ou rejetés en mer au cours des activités de pêche;

    3. Réaliser des corvées annuelles de nettoyage des plages;

    4. Poursuivre les efforts de mise aux normes du centre de gestion des matières résiduelles afin de limiter la migration du lixiviat contaminé;

    5. Améliorer le contrôle des dépotoirs clandestins en milieux dunaires.

    6. Poursuivre les efforts visant à mettre aux normes les installations septiques des résidences et commerces situés en milieu dunaire.

    7. Retirer des milieux dunaires les sacs de sable contaminé par des hydrocarbures et des BPC lorsqu’ils font surface. Mettre en place un système de surveillance afin d’éviter que des sacs déterrés soient emportés en mer lors des tempêtes.

    8. Mettre à jour le plan d’urgence en cas de déversement d’hydrocarbures en mer et poursuivre les travaux visant à convaincre les gouvernements du Québec et du Canada d’adopter un moratoire sur l’exploration et l’exploitation gazière et pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent (voir option 1).

4.4. Option 4. Mettre en valeur les milieux dunaires afin de les conserver et de les renforcer.

  1. Préserver les sites d'intérêt écologique sur le territoire et déployer leur potentiel éducatif :

    1. Inventorier les plantes et les oiseaux rares, ainsi que les espèces ou variétés endémiques en milieux dunaires afin d’identifier les milieux d’intérêt d'un point de vue écologique et éducatif.

    2. Conserver les milieux écologiques d’intérêt ; évaluer également l’état des dunes dans les zones actuellement conservées ; lorsque nécessaire, investir dans l'acquisition de certains sites pour réduire les pressions et contrôler l'utilisation; encourager la conservation volontaire des milieux naturels par les propriétaires privés en partenariat avec les organismes locaux concernés.

    3. Réaliser les travaux d’entretien, d’intendance et d’aménagement jugés nécessaires à leur conservation et au déploiement de leur potentiel éducatif.

    4. Évaluer notamment l'opportunité de créer un échantillon écologique libre de circulation. [1]
  2. Évaluer le potentiel de mise en valeur des milieux dunaires par la création d’un parc régional ou d’un instrument semblable. Concevoir de façon concertée des conditions qui garantiront le maintien des bénéfices écologiques et sociaux à long terme, et instaurer des moyens d'en assurer le respect. 

1.
En nous inspirant, par exemple, de ce qui s'est fait dans le parc de Pointe-aux-Outardes (Entretiens avec Lucie D'Amours, CÉGEP)
retour au haut de la page
 

logo-plan-strategique-d-intervention-en-environnement-sur-le-territoire-des-iles-de-la-madeleine-no-lego-foot

Le Plan stratégique d'intervention en environnement sur le territoire des Îles-de-la-Madeleine est une réalisation d'Attention FragÎles en concertation avec les acteurs en environnement aux Îles-de-la-Madeleine.