Sols - Profil complet du milieu

1.1. Pédologie du territoire

  • Composition de la roche-mèreLes caractéristiques des sols résultent de l’interaction entre les éléments vivants et la roche-mère, ainsi que l’hydrographie, la topographie, l’atmosphère et le temps.
  • À titre d’exemple, les buttes constituées de roches volcaniques ont donné naissance à des sols minces et fortement caillouteux, tandis qu’ils deviennent plus profonds et plus fins sur les flancs des collines, à mesure que des particules érodées y dégringolent. Les sols dérivés de grès rouges sont quant à eux généralement sableux, très acides et fortement podzolisés [1] , et diffèrent selon qu’ils sont recouverts d’une végétation herbacée ou forestière. Les sols plus argileux sont en général légèrement acides en surface et proviennent plutôt de matériaux calcaires. Les sols des cordons dunaires, pour leur part, sont acides, chimiquement pauvres, constitués presque entièrement de quartz (silice) et faiblement développés [2] .
  • Les connaissances actuelles sur les sols du territoire proviennent principalement des études de Miroslav Grandtner (1967) et de Lauréan Tardif (1967 et 1978). Elles furent réalisées notamment en vue d’examiner le potentiel agricole des terres madeliniennes.
  • La cartographie de Tardif (1978) fournit un aperçu de la répartition des différents types de sols à travers le territoire. Aucune étude aussi vaste et ciblée sur les sols n’a été menée depuis, sauf exception à des fins spécifiques ou sur des parcelles du territoire. Parmi ces travaux plus récents, notons : les tests de sols obligatoires lors de l’émission de permis, l’analyse des sols en cas de contamination, les travaux du groupe Madelin’EAU sur les nappes souterraines (2004), le rapport de Roy-Bolduc sur le milieu forestier (2010) et les études internes du secteur agricole.

1.2. Biens et services générés par les sols

  • Les sols supportent l’ensemble des écosystèmes terrestres. Leurs caractéristiques et leurs qualités (densité, porosité, fraction de carbone organique, pH, etc.) influencent considérablement leur capacité à fournir les biens et services énumérés ci-dessous.
  • Les sols bien aérés favorisent la régulation, la filtration et le captage des eaux, donc le réapprovisionnement des nappes souterraines. Ils peuvent également jouer un rôle crucial dans la dispersion et la dégradation des contaminants.
  • Ils offrent un habitat essentiel à une multitude de végétaux, d’animaux, de champignons et de bactéries, qui profitent de la désagrégation du soubassement rocheux et y contribuent, coproduisant le sol et y puisant les nutriments et l’eau nécessaires à leur survie. C’est ainsi que la qualité des sols détermine entre autres la productivité des terres agricoles.
  • Ils contribuent également à réduire les gaz à effet de serre dans l’atmosphère en séquestrant le carbone ; et ont une importance cruciale dans les cycles biogéochimiques de plusieurs éléments, dont le carbone, l’azote, le potassium, le calcium, le phosphore et les métaux.
  • Lorsqu’ils sont de bonne qualité, ils sont plus résilients, notamment à l’érosion par le vent et le ruissellement.

2. Pressions sur les sols

2.1. Sources de contamination actuelles

  • Vu la grande perméabilité des sols et du soubassement rocheux, les nappes sont par endroits fortement vulnérables à la contamination par les rejets au sol [3] .
         Migration des contaminants selon le type de sol     Terrains contaminés sur le territoire (officiellement enregistrés au MDDEP)

  • Douze dossiers de terrains contaminés sont enregistrés au MDDEP [4] .
    Ci-dessous, l’état de la situation telle que reconnue par le Ministère.

Terrains contaminés

Contaminants

État de la situation selon les données du MDDEP

Ancien dépôt local pétrolier Irving (Grande-Entrée)

Benzène, éthylbenzène, hydrocarbures pétroliers, toluène, xylènes

Réhabilitation : non terminée

Site d’entreposage de BPC

BPC, hydrocarbures

Réhabilitation : non terminée

Centrale thermique (Île-d’Entrée, Île-du-Havre-Aubert)

Hydrocarbures

Réhabilitation : non terminée

École de l’Île-d’Entrée

Hydrocarbures

Réhabilitation : terminée 1997

Qualité des sols : A-B

Garde-côtière, quai de Cap-aux-Meules

Hydrocarbures

Réhabilitation : terminée 2000

Qualité des sols : A-B

Imperial (Île-d’Entrée)

Hydrocarbures

Réhabilitation : non terminée

Irving station-service du port

Hydrocarbures

Réhabilitation : non terminée

Office municipale d’habitation

(île du Havre-Aubert)

Hydrocarbures

Réhabilitation : non terminée

Serres Agro-Cyr (Fatima)

Huiles usées

Réhabilitation terminée 2002

Qualité des sols : A-B

Ancienne centrale thermique
(L’Étang-du-Nord)

Hydrocarbures

Réhabilitation terminée 2001

Qualité des sols : > C

Un suivi annuel de la qualité de l’eau est réalisé, en collaboration avec le MDDEP. Il n’y a pas de migration. Ce suivi sera reconduit pour les 5 prochaines années [5] .

Terminal Irving (Cap-aux-Meules)

Hydrocarbures

Réhabilitation terminée 1993

Qualité des sols : non précisée

 

  • Par ailleurs, le schéma d’aménagement [6] et les intervenants du milieu [7] identifient d’autres sources de contamination, détaillées ci-dessous.

Sources de contamination

Contaminants

État de la situation selon les partenaires du milieu

Anciens dépotoirs municipaux

À la fin des années 70, il existait huit dépotoirs municipaux à ciel ouvert et une douzaine de dépotoirs tolérés ou illégaux.

Différents contaminants

Certains sites en bordure du littoral sont menacés par l’érosion (Fatima, Île-d’Entrée). D’autres sites sont encore utilisés clandestinement (peu ou pas de suivi à la suite de la fermeture d’un site.)

Centre de gestion des matières résiduelles (Havre-aux-Maisons)

Différents contaminants

95 points à améliorer pour atteindre conformité, dont plusieurs déjà réglés.

En voie de traitement : eaux de lixiviation, champ d’infiltration, bassin d’accumulation, bassin de traitement des boues de fosses septiques, cellules d’enfouissement techniques, champs de polissage, aires d’entreposage de matériaux secs.

Sacs de sable et de résidus d’hydrocarbures contaminés enfouis dans les dunes (Irving Whale)

BPC, Mazout

Réhabilitation : non terminée

Faibles risques que le lixiviat soit aussi contaminé de BPC ou d’hydrocarbures [8] .

Les sacs doivent être retirés du milieu lorsqu’ils sont désensablés, afin d'éviter que leur contenu ne contamine la zone côtière marine. Des efforts sont donc menés pour les retirer du milieu dès leur signalement, mais aucun mécanisme de surveillance ou de suivi n'est déployé pour assurer qu'ils soient découverts à temps.

Quai de Cap-aux-Meules

Hydrocarbures

Les ports sont des propriétés de Transports Canada, qui agit selon un plan d’intervention.

Réservoirs de diesel de Mines Seleine

Hydrocarbures

Le sol est contaminé depuis.

Dépotoirs clandestins

Ces sites contiennent parfois des carcasses d’automobiles, des métaux lourds, des hydrocarbures et d’autres déchets dangereux.

Des dépotoirs clandestins sont encore utilisés sur le territoire, malgré les efforts déployés.

 

2.2. Sources de contamination potentielles

  • Sources potentielles de contamination (secteur de Cap-aux-Meules)Déversements accidentels ou manutention de produits dangereux au sol :
    • Stations-service et garage de réparation automobile (hydrocarbures, métaux lourds)
    • Centre de gestion des matières résiduelles (manipulation et stockage de résidus dangereux : huiles usées, carburants, antigel, glycol, peintures, etc.)
    • Réservoirs d'hydrocabures
    • Pipeline dans le secteur du port de Cap-aux-Meules
    • Aéroport (le glycol est utilisé durant les opérations de dégivrage sur l’aire de trafic) [9]
    • Accidents de transport terrestre et zones de livraison pour camion
    • Réservoirs de mazout des résidences privées : le client est aujourd’hui responsable de cette installation, et de nouveaux types de réservoirs à double-paroi sont maintenant disponibles [10] .
    • Zones de commerces et industrielles, selon l’activité (usine de béton bitumineux, zones de stationnement)
    • Centrale thermique de Cap-aux-Meules : sur le site, une membrane étanche fut mise en place pour empêcher toute contamination des sols. Elle est vérifiée régulièrement et en bon état [11].
  • Lignes de haute-tension (Hydro-Québec)
    • Des fongicides sous forme de pastilles sèches (bore ou fluor) sont insérés à la base des poteaux pour éviter qu’ils aient à être remplacés trop souvent : Hydro-Québec évalue que le remplacement d’un poteau crée plus de dommages à l’environnement que l’utilisation de ces fongicides, qui sont conformes aux normes du MDDEP et peu mobiles dans l’environnement. Malgré leur faible toxicité, un périmètre de sécurité de 5 m est observé et des mesures sont prises pour éviter de nuire aux espèces en péril. Par ailleurs, l’épandage d’herbicides autour des postes a été abandonné : Hydro-Québec privilégie le débroussaillage mécanisé [12] .
  • Sels de déglaçage
    • Selon une étude hydrogéologique réalisée entre 2003 et 2005 [13], on note une légère augmentation des minéraux lorsque les puits sont situés près des routes.
    • Or en hiver, comme le sol est gelé, l’eau ruisselle dans les ruisseaux, canaux ou en mer au lieu de percoler. Il semble donc que leur utilisation ne constitue pas une source importante de contamination des nappes (le risque varierait selon la fréquence des cycles de gel/dégel). Le MTQ utilise 2400 tonnes de sel sur les routes pour les « gros hivers » et la municipalité des Îles, environ 3000 tonnes [14] .
  • Pesticides ou engrais chimiques utilisés en agriculture ou sur les terrains privés
    • L’agriculture occupe environ 5 % des terres émergées du territoire. Des pesticides et engrais chimiques ne sont utilisés que sur une très faible proportion de ces superficies (1,5 %). Ce risque paraît donc très faible [15].
    • La question de la pollution des cours d’eau, du littoral ou des zones coquillières par les déjections animales est soulevée par des intervenants du milieu. L’effet filtrant du sol (95%) atténuerait toutefois la dispersion de ce type de contaminants et aucune donnée ne permet de valider qu'il s'agit d'un problème sur le territoire [16] .
    • La densité d’élevage sur les fermes des Îles (0,73 unités animales/ha) est moindre que celle de l’agriculture québécoise (0.97 unités animales/ha) et il n’y a aucun stockage des fumiers sous forme liquide, ce qui diminue les risques de déversement dans l’environnement. L’étanchéité des entrepôts à fumier demeure un aspect important à contrôler, en particulier lorsque ces derniers sont situés à proximité d’un puits, d’un cours d’eau ou de zones coquillières [17].
    • L’utilisation de fertilisants ou de pesticides chimiques par les résidents, pour entretenir les pelouses, n’est pas documentée.
  • Eaux usées résidentieEaux usées résidentielleslles
    • Moins de 30 % [18] des habitations de la municipalité sont raccordées au réseau d’égouts, donc 70 % utilisent des installations septiques autonomes. Certaines de ces installations sont inadéquates [19] , et ces rejets peuvent contaminer les nappes. La municipalité des Îles estime que 75 % des installations autonomes sont conformes [20] .
    • La municipalité n’a pas les ressources pour vérifier la conformité de l’ensemble des installations septiques. Ainsi, les inspecteurs municipaux n’interviennent auprès des usagers qu’à la suite de plaintes ou lors de nouvelles constructions.
    • À Fatima, à l'Étang-du-Nord, sur les îles du Havre Aubert et du Havre aux Maisons, le réseau d’égouts est encore en bon état, car construit au cours des années 1990. À Cap-aux-Meules, son état varie de « mauvais » à « très bon » selon le type de sol, le type de conduite et l’utilisation de la conduite.
  • Enfin, le lixiviat des cimetières a été classé comme une source potentielle de contamination dans les travaux du groupe Madelin’EAU, à considérer au moment d’établir les périmètres de protection des puits.

2.3. Dégradation des sols

  • La dégradation du couvert végétal compromet aussi la qualité des sols et leur capacité à purifier l’eau, recycler les nutriments et soutenir la vie. Ci-dessous, des facteurs qui peuvent accélérer cette dégradation :
    • Décapage des sols pour la production de tourbe.
    • Surpâturage ou labours excessifs (ne semble pas être observé sur le territoire).
    • Labours sur des terrains accidentés, en bordure des plans d'eau ou de la mer [21].
    • Multiplication des sentiers.
    • Déforestation, déboisement.
  • La compaction des sols (par une machinerie lourde ou le passage répété de véhicules) affecte également les caractéristiques biotiques et hydrologiques des sols, et diminue notamment leur capacité à laisser percoler l’eau vers les nappes.

3. Pressions futures et aspects globaux à considérer

  • Impacts des changements climatiques
    • Modifications de la dynamique du réseau hydrographique à prendre en compte, notamment due à la hausse du niveau de la mer. Risque potentiel lié à la remontée des nappes, qui pourraient dans certains secteurs atteindre les sols contaminés.
    • Augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes : soulèvement de la terre par les vents violents (érosion hydrique et éolienne) et diminution de la protection hivernale qu’offre la couverture neigeuse.
  • Le couvert forestier a un rôle protecteur sur les sols; sa perte pourrait accélérer l’érosion des sols.

              Changements climatiques et sols - a      Changements climatiques et sols - b

POUR LIRE LE DIAGNOSTIC ASSOCIÉ À CE THÈME, CLIQUEZ ICI.
Le diagnostic comprend le bilan des actions passées, le risque et ses impacts, les enjeux associés et les options stratégiques pour y répondre.    

1.
Les sols podzoliques sont communs dans les forêts de conifères ou les landes des climats boréaux froids et humides. Il s’agit de sols acides, peu fertiles, souvent gorgés d’eau (mais aux horizons supérieurs desséchés en été) avec des horizons intermédiaires dans lesquels sont accumulés des matières organiques, de l’aluminium et généralement du fer.
2.
Grandtner (1967), Tardif (1967, 1978).
3.
Côté et al. (2008), Gagnon (1998).
4.
MDDEP, Répertoire des terrains contaminés. [en ligne] http://www.mddep.gouv.qc.ca/sol/terrains-contamines/recherche.asp#outil (page consultée le 20/01/12).
5.
Entretiens avec Gérald Côté, Hydro-Québec (2010).
6.
Agglomération des Îles-de-la-Madeleine, Schéma d’aménagement et de développement révisé (2010).
7.
Table sectorielle du 8 décembre 2010, dans le cadre du PSIE-1.
8.
Garde côtière canadienne (2011).
9.
L’urée n’est plus utilisée. Ce produit a été remplacé par le sodium formiate qui n’est pas toxique. | Sur l’utilisation du glycol et sur sa dispersion dans l’environnement, voir http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/publications/tp14052-chapitre13-1818.htm
10.
Entretiens avec Gérald Côté, Hydro-Québec (2010).
11.
Entretiens avec Gérald Côté, Hydro-Québec (2010).
12.
Entretiens avec Gérald Côté, Hydro-Québec (2010).
13.
Groupe Madelin’EAU (2004) et entretiens avec Jean A. Hubert (Municipalité des Îles).
14.
Journée de réflexion du 17 juin 2010, dans le cadre du PSIE-1.
15.
Entretiens avec Robert Robitaille, MAPAQ (2010).
16.
Table sectorielle du 1er décembre 2010, dans le cadre du PSIE-1.
17.
Table sectorielle du 1er décembre 2010, dans le cadre du PSIE-1.
18.
4250 habitations ont un système autonome de traitement des eaux usées (fosses septiques), sur environ 6000 (http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/regions/region11/11-gaspesie.htm).
19.
Plusieurs installent par exemple des sorties (tuyaux) qui déversent plus loin (Table sectorielle du 12 janvier 2011, dans le cadre du PSIE-1).
20.
Ces données sont estimées à partir de constats lors des vidanges de boues de fosses septiques ou lors de visites sur le terrain, notamment à la suite des demandes de permis d’installation septiques. Ce chiffre n’a jamais été précisé, ni actualisé. (Entretiens avec Jean A. Hubert, Municipalité des Îles).
21.
Entretiens avec Lucie D'Amours (CÉGEP).
retour au haut de la page
 

logo-plan-strategique-d-intervention-en-environnement-sur-le-territoire-des-iles-de-la-madeleine-no-lego-foot

Le Plan stratégique d'intervention en environnement sur le territoire des Îles-de-la-Madeleine est une réalisation d'Attention FragÎles en concertation avec les acteurs en environnement aux Îles-de-la-Madeleine.